L’Adrasec 32 (Association départementale des radioamateurs gersois au service de la sécurité civile) a tenu son assemblée générale dimanche, à Saint-Jean-Poutge.

Le président, Robert Couffinal, accueillait Louis Noël, responsable Sud-Ouest de la Fédération nationale des radioamateurs de la sécurité civile et les quatorze membres actifs de l’association.

En préambule, il faisait un rappel de ce qu’est l’Adrasec 32, association loi 1901 liée à la Préfecture par une convention depuis le 4 décembre 2007. Il soulignait que les radioamateurs gersois s’étaient déjà structurés dans le cadre de la sécurité civile dès 1982, avec pour objet de réunir les personnes physiques, radioamateurs et auditeurs, pour qu’elles apportent leur concours, dans le cadre de leurs compétences, aux actions menées par la sécurité civile. Le tout à la demande de l’autorité préfectorale, ce qui permettait au préfet d’avoir à disposition une infrastructure de télécommunication et de détection radiogoniométrie.

L’Adrasec 32 a obtenu, le 5 janvier 2007, l’agrément départemental du ministère de l’Intérieur, direction de la sécurité civile, qui est un label de qualité.

Un émetteur à Eauze
Le président rappelait ensuite les missions civiques qu’ils peuvent remplir : sauvetage aéroterrestre et plan Orsec. Il mettait en exergue la qualification très poussée pour les recherches de balises, tout en estimant qu’il faudrait désormais développer le volet communication.

La tempête Klaus a démontré que l’ouest du département n’était pas couvert et la ville d’Eauze est restée isolée durant deux jours, d’où un maillage plus serré. « Il faut pouvoir collecter les informations, les centraliser pour ensuite les diffuser. »

L’Adrasec a reçu l’attribution d’un émetteur-récepteur et antenne (coût : 800 euros), matériel qui pourrait être mis en place au futur château d’eau du lieu-dit Duret (dans le canton d’Eauze). Il ferait alors office d’excellent transpondeur.

Robert Couffinal s’est entretenu sur ce sujet avec le maire d’Eauze, Michel Gabas et le président du service des eaux Armagnac-Ténarèze, prêts à signer la convention.

Le président a également pris des contacts avec les maires des communes pour intégrer les moyens de l’Adrasec dans leurs plans communaux de sauvegarde (1).

Il soulignait que les radioamateurs sont bénévoles, utilisent leur propre matériel et ne perçoivent pas d’indemnités kilométriques. Ils parcourent pourtant 3 000 km par an et consacrent 2 000 heures à leur passion, la radio, et leur idéal : servir.

(1) Ils peuvent prendre contact avec le président Couffinal au 05 62 06 38 21.

Source: Sud-Ouest