Si la mission TARANIS porte le nom du dieu celte du tonnerre, ce n’est pas tout à fait un hasard :

les phénomènes qu’étudiera ce satellite, sortes de gigantesques éclairs se propageant du sommet des nuages vers la haute l’atmosphère, se produisent en effet au-dessus des plus gros orages, en particulier ceux qui se produisent dans la ceinture intertropicale.

Qu’on les appelle « elfes », « sprites » ou encore « blue jets », ces phénomènes se caractérisent à la fois par leur brièveté et par l’intensité des rayonnements qu’ils émettent, principalement X et gamma, en direction de l’espace.

À 700 km d’altitude, le satellite TARANIS sera idéalement placé pour les observer et étudier leur influence sur les couches supérieures de l’atmosphère, voire la météo.

Lire la suite