Radioamateur : personne titulaire d’une licence l’autorisant à effectuer des radiocommunications à usage privé, dit le petit Larousse illustré.

À Monéteau, le Radio-club F5KCC prépare, grâce à sa demi-douzaine de formateurs, les futurs radioamateurs à l’obtention de ce laisser-passer indispensable à la pratique de leur passion.

Ils sont six élèves, depuis la rentrée de septembre à suivre ces cours, qui ont entre 12 et 65 ans. Ou plutôt cinq puisque Pierre vient de réussir son examen et d’obtenir sa licence « classe 2 ».

« Il y a 3 niveaux de licence et au maximum trois modules à passer », précise Maurice, l’un des formateurs, un ancien commercial reconverti dans la communication par les ondes depuis bientôt 20 ans.

Un an pour les modules 1 et 2

La licence classe 1 (indicatif F0?) nécessite de connaître la législation et donne droit à l’utilisation d’une seule fréquence VHF. Pour la classe 2 (indicatifs commençant par F1 et F4) on y ajoute la connaissance de la technique. Toutes les bandes et tous les modes de communication sont alors pratiqués. Le numérique, la télé (pour l’image), la phonie (qui utilise la voix) et la graphie sur clavier (morse). Sauf le morse manuel.

Pour obtenir la licence 1 enfin, il faut également maîtriser ce dernier mode d’émission, un langage codé (par des sons brefs ou longs) des 26 lettres de l’alphabet.

Le candidat dispose d’un an pour obtenir les modules 1 et 2, le troisième n’étant pas obligatoire. Mais 3 à 4 mois sont suffisants pour apprendre et réussir la licence.

« Jusqu’à l’an dernier, les participants à la formation étaient devenus rares », confie Maurice, mais l’organisation du salon Saradyonne en août dernier à Monéteau a permis de relancer l’intérêt.

« Communiquer avec des personnes à l’autre bout du monde, c’est magique. On émet, répond qui veut et qui peut, en fonction de la propagation des ondes. »

Un émetteur, du fil et une batterie suffisent

Patrick, 43 ans et Pierric, 27 ans, font partie des élèves mordus. « Pouvoir établir des contacts radio sans fil m’a toujours impressionné avoue le premier. La radio rend possible des liaisons à des milliers de kilomètres en fonction de l’ionisation de l’atmosphère provoquée par les rayons du soleil. Un émetteur, un bout de fil électrique (qui sert d’antenne, N.D.L.R.) et une batterie suffisent. Pour communiquer avec un portable, il faut une antenne tous les 5 km ! »

C’est l’administration qui délivre les licences. L’examen a lieu à Villejuif.

« Nous formons pour assurer la relève confie Maurice, car la moyenne d’âge des radioamateurs de l’Yonne se situe plutôt au-delà de la soixantaine, mais la discipline est passionnante ». n

Radio club F5KCC, 22, route d’Auxerre, à Monéteau. Ouvert le mardi (de 20 à 21 heures), un samedi sur deux (de 14 à 16 heures) et le deuxième dimanche de chaque mois (de 10 à 12 heures). Tél. : 03.86.41.28.53 ou F5IYU@wanadoo.fr

Source: Lyonne.fr avec quelques erreurs…