Contrôleur du pôvre.jpgJe ne sais si cela est dû à l’opération TM4FFU au Conquet, mais je viens de me rappeler qu’il y a bien longtemps que nous n’avons pas parlé bateau et voyage.

Nous sommes en 1959 ; après 11 mois de bord, 3 mois de congés (oui je sais cela peut sembler long mais, tous les navigants vous le diront, ce qu’il y a de meilleur dans la navigation, ce sont… les vacances !). Beaucoup de trafic (quand on aime…). La propagation est excellente, le  cycle solaire qui a culminé en 1958 fut l’un des meilleurs…

La propagation aidant, le DX fleurit même avec un simple dipôle excité par un tube RL12P35 alimenté sous 500 V. Indestructible (ou presque).
Une ombre au tableau. Je viens de faire la connaissance de Claude F2FO, lequel me rend visite un jour armé de différents ROS-mètres qui, hélas, délivrent à peu près le même verdict, soit entre 5 et 6 … Moral brisé…

Mais les tubes sont sympas et endurent beaucoup de tortures, manifestant parfois (trop c’est trop) leur mécontentement en changeant de couleur, effluves bleues, gorge de pigeon… signes quelquefois avant-coureurs d’un décès prématuré. Les transistors, eux, s’en vont maintenant dans l’indifférence générale, sans prévenir… Quand ils deviennent chauds il est souvent trop tard…

Lire la suite sur : Ici-F9OE